Tout savoir sur les poêles à bois

Publié dans Poêle à bois

Le poêle à bois est, de nos jours, un appareil générique regroupant beaucoup de spécificités différentes. Il existe donc une multitude de technologies pour les poêles à bois. Il est difficile de faire des généralités entre tous ces modèles si ce n'est qu'ils fonctionnent tous aux bois. Voici en résumé la présentation des principales technologies :

Poêle à convection naturelle – Petite Surface

Système de base qui va accumuler la chaleur produite pour la transmettre ensuite à l'air de façon naturelle. L'avantage est qu'il est silencieux (pas de ventilateur pour diffuser la chaleur comme sur des modèles plus évolués). Malheureusement la chaleur n'est pas uniforme : le temps de chauffe est long et des problèmes de surchauffe à côté du poêle dus au rayonnement sont fréquents.

Poêle ventilé – Moyenne Surface

Système muni d'un ventilateur qui aura pour rôle de mettre en mouvement le flux d'air de la pièce et ainsi permettre une meilleure répartition de la chaleur dans l'air. Cependant, ce système est plus ou moins bruyant, particulièrement au démarrage du système où le ventilateur tourne à pleine puissance. Il faut aussi penser à placer une prise électrique à proximité du poêle pour l'alimentation du ventilateur.

Poêle canalisable – Grande Surface

Système évolué qui permet de chauffer plusieurs pièces d'un logement. Un deuxième ventilateur est ajouté au poêle pour souffler de l'air chauffé dans les pièces éloignées du poêle à travers des gaines. L'avantage est économique car, avec ces modèles perfectionnés, il est envisageable de se passer de chauffage principal pour des surfaces moyennes et bien isolées. Le désavantage est le bruit qui est supérieur au poêle ventilé et les travaux d'installation plus importants (perçage des murs, dissimulation des gaines, etc…).

Poêle hydraulique – Toute Surface

Système raccordé au réseau de chauffage central et permettant de profiter de calories gratuites produites lors de la mise en fonctionnement du poêle. Derrière le brûleur se trouve une réserve d'eau qui se réchauffe en même temps que l'air se trouvant dans la pièce. Cette eau chaude échange ensuite ses calories avec le réseau de chauffage et permet d'économiser du combustible pour le chauffage du logement. L'avantage réside dans la double fonction du poêle : chauffer la pièce en chauffant l'air mais également chauffer le reste de l'habitation en irriguant en eau chaude le réseau de radiateurs.

Poêle de masse – Grande Surface

« Gros » poêle à bûches (poids compris entre 500 et 2 000 Kg.) qui permet de stocker une quantité énorme de chaleur qui sera ensuite restituée à l'habitation principalement sous forme de rayonnement. Le logement est souvent construit autour du poêle de masse qui n'est pas déplaçable. S'il est bien situé au milieu de l'habitation, il permet de chauffer seul la maison.

Poêle à bûches – Moyenne Surface

Système le plus classique que tout le monde connaît. Son fonctionnement est très simple : il suffit de placer des bûches à l'intérieur, d'allumer et c'est parti ! L'inconvénient de ce système est son combustible non maîtrisable qui, une fois allumé, devra brûler entièrement. Il va donc libérer une grande quantité d'énergie qui quelques fois entraînera un inconfort due à la surchauffe pour les utilisateurs de la pièce où est installé le poêle.

Les poêles à granulés

Le granulé de bois est un bâtonnet cylindrique de combustible compacté. Il est principalement issu du compactage des résidus de scieries comme les sciures et copeaux provenant directement de la sylviculture mais peut être également constitué d'autres matériaux tels que les restes de betteraves de l'industrie sucrière.

Le poêle ou la chaudière à granulés peuvent fonctionner de manière entièrement automatique grâce à une alimentation en combustible mécanisée. Le stockage est facilité par rapport à des bûches ou des plaquettes forestières, la densité énergétique des granulés est élevée. Les granulés (aussi appelé pellets) sont livrables par camion citerne ou par palettes. Les granulés représentent un budget annuel inférieur au fioul ou au gaz. Ils ne dessèchent pas l'air ambiant, permettent de répandre une bonne odeur de bois dans le lieu de stockage, et procurent un sentiment de confort grâce à la possibilité de voir la flamme de combustion.

Les poêles à granulés ont un bilan CO2 nul, et les cendres émises par la combustion peuvent être réutilisées comme engrais de jardin.

Entrées d'air à respecter lors de l'installation d'un poêle à bois

Pour rappel, un poêle à bois consomme de 10 à 15 m3 d'air pour la combustion de 1 Kg. de bois. Il est nécessaire de créer des amenées d'air neuves dans le logement afin d'éviter que celui-ci ne se retrouve en dépression. Les entrées d'air doivent être, en général, au minimum de 100cm² (ce qui donne un diamètre minimum de 114mm pour une entrée circulaire). L'entrée d'air neuve doit normalement se trouver en pied de mur ou au sol, à l'aplomb du conduit de fumée.

Faut-il ramoner un poêle à bois ?

Oui, voire même 2 fois par an. La législation impose le premier ramonage en début de période de chauffe et le second en fin de période de chauffe. Un projet de loi est également en cours afin de rendre obligatoire la pause d'un détecteur de monoxyde de carbone dans chaque habitation.

Quali'Bois Aduro Jolly Mec MCZ

SOLAIRGO

Installateur de panneaux photovoltaïque, de poêles à bois et granulés et de chauffe-eau solaire depuis plus de 7 ans en Languedoc-Roussillon: un savoir faire reconnu, des méthodes éprouvées, des prix compétitifs et des garanties d'economies d'énergies. L'entreprise intervient principalement dans les départements du Gard (30), de l'Hérault (34), de l'Aude (11), de la Lozère (48) et du Vaucluse (84). Nous découvrir un peu plus ?

NOUS CONTACTER

Rue verte
30260 CORCONNE

04 66 77 61 67
06 74 99 27 57

Copyright © 2014 SOLAIRGO SARL

Réalisé par NET-TALKING, création de site internet gard